La solution de l'énigme !

Nous allons vous dévoiler l’histoire en 2 volets : cette semaine, nous vous livrons les réponses synthétiquement et la semaine prochaine, nous vous raconterons l’histoire dans sa globalité !

Il faut garder encore un peu de suspense !

 

QUI ETAIT L’INCONNU(E) retrouvé(e) au pied du tilleul en 1933 et assassiné(e) en 1794 ?

 

N’avez-vous pas remarqué que certains personnages avaient un « tic de langage » ?

En effet, le Seigneur De Préseau, Romarin, Nivôse et Philibert répétaient en permanence « N’EST-CE PAS ? » dans toutes leurs phrases.

 

De plus, après le duel entre De Préseau et son notaire Hannoye…souvenez-vous :

  • De Préseau a été blessé à l’épaule gauche

  • Nivôse n’a-t-il pas parlé de rhumatismes qui se réveillaient ?

  • Romarin n’a-t-il pas sursauté quand Robespierre lui a tapé sur l’épaule gauche ?

  • Philibert ne s’est-il pas plaint d’une épaule qui lui faisait mal ?

 

Souvenez-vous également des dates auxquelles vous avez découvert ces 4 hommes : on ne les voyait jamais en même temps ! Pour une simple raison….

Ca y est ? Vous comprenez ? De Préseau, Romarin, Nivôse et Philibert ne FONT QU’UN !

 

L’INCONNU (E) était en réalité UN INCONNU à 4 têtes, dont le vrai nom était en réalité MARCEAU (dit le « Caméléon »)…souvenez-vous de la chanson du troubadour…

C’est bien « Marceau » qui s’est fait « occire » et enterrer sous le tilleul.

 

Pourquoi ? Vous le saurez la semaine prochaine !

QUI A TUE ?

On pourrait dire : 4 femmes + 1 !

Madame Phénix, dont le vrai nom est Eglantine a manipulé Rose, Louise, Jonquille et Antoinette afin qu’elles assassinent, chacune, à « petit feu » , notre « ami » Marceau (De Préseau, Nivôse, Philibert et Romarin)

 

Pourquoi ? Vous le saurez la semaine prochaine !

 

POUR QUEL MOBILE ?

Le seul mobile de ces 5 femmes était la vengeance…

Marceau n’était pas un criminel « direct »…mais bel et bien un véritable « salaud » !

 

Pourquoi ? Vous le saurez la semaine prochaine !

 

QUELLE ETAIT L’ARME DU CRIME ?

 

Souvenez-vous de l’onguent que Rose a passé sur la plaie de De Préseau lors du duel…

Souvenez-vous du tabac à priser que Louise apporte à Romarin après leurs ébats amoureux…

Souvenez-vous de la petite cuvée que Jonquille fait goûter à Philibert…

Souvenez-vous de la poudre qu’Antoinette souffle sur le visage de Nivôse en éternuant…

 

Pas UNE arme…mais bien 4 armes du crime et inoculées progressivement afin d’être certain que Marceau meurt !

 

MAIS…quelle est donc cette histoire diabolique qui nous a amené à tout cela ?

Comme tous les bons feuilletons….VOUS LE SAUREZ LA SEMAINE PROCHAINE….

VOICI ENFIN TOUTE L'HISTOIRE...

L’histoire commence bien avant les évènements de Floyon en 1794.

 

1784 :

Un jeune couple d’escrocs bourlingue en France :

Marceau dit le caméléon, est tellement doué dans l’art du déguisement qu’il a la faculté de se faire passer pour n’importe qui. Il n’a qu’un défaut : un tic de langage, il utilise très souvent l’expression « N’est-ce pas ? » ;

Et Eglantine, jolie et jeune fille douée dans l’art de la manipulation.

Ils sont amants dans la vie.

Leurs combines les conduisent dans le Centre où ils décident de piller le trésor d’une église. (cf le spectacle de marionnettes sur la scène des saltimbanques). Un incendie éclate dans l’église, Eglantine est assommée. Marceau s’enfuit la laissant pour morte. Mais le prêtre qui se réveillent, sauve in extremis Eglantine du brasier. Il l’accueille chez elle où elle met au monde un enfant, Brutus, fils de Marceau (qui ignorait la grossesse d’Eglantine). Défigurée à vie, elle part un jour reprendre une vie de saltimbanque avec son fils et portant un masque pour cacher ses brûlures.

 

1789 :

Le comte Jacques Marguerite de Préseau quitte Floyon pour se faire soigner la peau comme tous les ans. Il part à Bath en Angleterre où il rencontre Marceau et se lie d’amitié avec lui (cf la scène du cabaret de Nivôse). La France pendant ce temps est en pleine Révolution. De Préseau décide de rester en Angleterre afin de ne pas subir le sort réservé aux aristocrates. Marceau décide alors de prendre sa place afin de s’enrichir.

 

1790 :

Marceau débarque à Floyon, il usurpe l’identité du seigneur De Préseau et s’invente dans la foulée les personnages de Nivôse, le cabaretier et de Philibert, le marchand. Ne pouvant interpréter ces personnages tous les jours, il s’attribue un planning : Il jouera De Préseau le mardi (et le dimanche à la messe), Philibert le jeudi et Nivôse le vendredi.

Grâce à ces 3 personnages, il s’enrichit de combines et de larcins au grès des opportunités qui s’offrent à lui.

 

Fin 1792 :

Marceau intercepte une lettre de mission destinée au délégué Romarin Lazare envoyée par Camille Desmoulins alors secrétaire du ministère de la justice dirigée par Danton. Il prend la place du délégué de la circonscription d’Avesnes. Il interprètera ce quatrième personnage les mercredis.

 

1793 :

Tout s’accélère pour Marceau avec les batailles de Jemappes et de Wattignies et la montée de la Terreur.

  • En tant que Romarin, il accepte une bourse d’or lors d’un tirage au sort de l’armée et envoie Gédéon, le fils de Louise (son « petit ange ») à la guerre. Gédéon y mourra.

  • En tant que Philibert, il extorque de l’argent aux déserteurs pour les cacher de l’armée. Il cache le père de Jonquille en lui faisant payer une grosse somme. Celui-ci mourra de maladie sans un sou pour se soigner.

  • En tant que Nivôse, il complote avec le comité de surveillance, il dénonce le frère d’Antoinette qui vendait des gaufres à l’armée. Il sera décapité, pour l’exemple.

  • Enfin, en tant que De Préseau, il vend les positions des troupes françaises aux autrichiens (contre une reconnaissance de dette). Balthazar, le mari de Rose gardien des chevaux sera le premier à tomber de cette prise à revers.

 

Début 1794 :

Le vrai Seigneur De Préseau, envoie d’Angleterre une lettre à son notaire Hannoye (présente dans le musée) lui demandant de s’occuper de ses affaires le temps que la Révolution se calme.

 

Mardi 4 mars 1794 (scène 1-A) : 14 ventôse an II :

Hannoye qui a reçu la lettre, accuse De Préseau d’avoir une fausse identité et d’avoir causé la mort des floyonnais lors de la bataille de Wattignies. De Préseau (Marceau) le provoque en duel pour réparer l’affront. Rose les entend et comprend que De Préseau n’est pas innocent de la mort de son mari Balthazar.

Mercredi 5 mars 1794 (scène 1-B) : 15 ventôse an II :

Lors du tirage au sort, Romarin accepte une bourse pour truquer le tirage au sort sous les yeux de Louise, mère de Gédeon, victime lui aussi d’un trucage de tirage au sort.

 

Jeudi 6 mars 1794 (scène 1-C) : 16 ventôse an II :

Hannoye accuse Philibert de cacher des déserteurs sous les yeux de Jonquille.

 

Vendredi 7 mars 1794 (scène 1-D) : 17 ventôse an II :

Nivôse, sous les yeux d’Antoinette, dénonce au comité de surveillance un bougre détenant du tabac illégalement.

 

Mercredi 12 mars 1794 (scène 2) : 22 ventôse an II :

Arrive une troupe de saltimbanques à Floyon. Parmi eux, la patronne Eglantine (Madame Phénix) qui reconnait Marceau en Romarin Lazare lorsqu’il vérifie les autorisations, à cause de son tic de langage (N’est-ce-pas ?).

 

Jeudi 13 mars 1794 (scène 3) : 23 ventôse an II :

Madame Phénix accueille les 4 femmes dans sa tente (Jonquille / Antoinette / Rose / Louise) et Philibert qu’elle reconnait en tant que Marceau à cause de son tic de langage (N’est-ce-pas ?). Elle comprend que ces 4 femmes ont toutes quelque chose à reprocher à Marceau (à travers ses 4 personnages) et les invitent à revenir le lendemain pour une séance privée. Lors de cette séance, sans leur expliquer que Marceau est en même temps Nivôse / De Préseau / Philibert / Romarin, elle leur propose un moyen à chacune d’atténuer leur peine. Elle se donne ainsi 4 chances d’éliminer Marceau, son ex-amant qu’il l’a laissée pour morte.

 

Dimanche 16 mars 1794 (scène 4) : 26 ventôse an II :

Brutus apporte à Antoinette, Rose et Louise des élixirs de Mme Phénix. Il se fait chasser de l’église avant d’en donner à Jonquille.

 

Mardi 18 mars 1794 (scène 5 / Le Duel) : 28 ventôse an II :

Hannoye blesse De Préseau (Marceau) à l’épaule gauche avant d’être battu. Rose soigne De Préseau avec un onguent contenant du poison.

 

Mercredi 19 mars 1794 (scène 6 / Chez Romarin) : 29 ventôse an II :

Louise séduit Romarin (Marceau) et lui laisse du tabac à priser empoisonné. Desmoulins juste avant de se faire arrêter s’aperçoit que le Romarin présent n’est pas celui qu’il a nommé en tant que responsable de la circonscription (C’est pas « le bon » ) Il ne pourra jamais s’expliquer (il sera exécuté par Robespierre le 5 avril : véridique). Marceau commence à toussoter et a mal à l’épaule lorsque Robespierre lui tape dessus.

 

Jeudi 20 mars 1794 (scène 7 / Chez Jonquille) : 30 ventôse an II :

Jonquille achète des flacons à Brutus avant l’arrivée de Philibert (Marceau). Celui-ci tousse et prétexte s’être tordu une épaule en changeant une roue. Jonquille empoisonne Philibert en mettant de l’élixir dans son verre, elle a juste le temps d’inverser les verres avant que Baptiste ne s’en saisisse.

 

Vendredi 21 mars 1794 (scène 8 / Chez Nivose) : 1er Germinal de l’an II :

Nivôse (Marceau) tousse énormément, il a chaud. Eglantine (Madame Phénix) sait que son œuvre a opéré et qu’il n’en a plus pour longtemps. Elle donne rendez-vous le lendemain à ses saltimbanques pour finir le travail. Antoinette se venge à son tour en éternuant de la poudre empoisonnée sur Nivôse.

 

Samedi 22 mars 1794 : 2 Germinal de l’an II :

Madame Phénix et les saltimbanques enterrent Marceau le caméléon sous le tilleul de la liberté planté 2 ans auparavant. Elle laisse une lettre auprès du corps « En ce 2 Germinal de l’an II, te voilà enfin occis, et Dieu sait qui de nous il enverra au paradis ! ».